Confinement ! Une analyse marxiste

Confinement ! Une analyse marxiste

Partager

Nous publions ici une traduction rapide d’un article très riche de l’économiste marxiste Michael Roberts publié sur son blog « The Next Recession » le 24 mars 2020 sous le titre : Lockdown ! Il y compare les raisons qui ont amené aux confinements dans de nombreux pays ainsi que les différents types de mesures étatiques qui y ont été prises. Il explique également les sources de la propagation rapide du virus aux Etats-Unis. Surtout, il présente l’impact sur l’économie mondiale que risque d’avoir le confinement de 2.2 milliards de personnes au sein d’une société capitaliste n’ayant jamais été en mesure de régler les contradictions ayant conduit à la crise de 2008. Il nous permet ainsi d’entrapercevoir les possibles conséquences sociales de la crise économique liée à la pandémie de COVID-19. Si les positionnements politiques de l’auteur ne reflètent pas toujours les nôtres, notamment au sujet des solutions politiques qu’il appelle de ses vœux, la pertinence de l’analyse proposée dans ses textes donne suffisamment d’intérêt à sa traduction. D’autres textes de cet auteur à propos de la pandémie en cours ont été récemment traduits notamment par les oiseaux de la tempête et sont disponibles ici.

Selon les estimations de l’AFP, quelque 1,7 milliard de personnes [Ndt : le 31 mars, ce chiffre avait atteint les 3.38 milliards de personnes dont 2.2 en confinement strict] dans le monde vivent actuellement sous une forme ou une autre de confinement à cause du coronavirus. Cela représente près d’un quart de la population mondiale.  L’économie mondiale n’a jamais rien connu de tel.

Presque toutes les prévisions économiques pour le PIB mondial en 2020 annoncent une contraction de 1 à 3 %, aussi mauvaise, voire pire, que lors de la grande récession de 2008-2009.  Et les prévisions pour les principales économies pour ce trimestre qui se termine cette semaine et le trimestre suivant annoncent une baisse annualisée de 20 à 50 % ! Les indicateurs de l’activité économique (appelés PMI c’est-à-dire Indice des directeurs d’achat), qui sont des enquêtes sur l’opinion des entreprises sur ce qu’elles font, enregistrent les plus bas niveaux de contraction de tous les temps pour le mois de mars.

PMI composite des Etats-Unis jusqu’en mars 2020

Tout cela est dû à la fermeture des entreprises dans le monde entier et à l’isolement des travailleurs chez eux. Ces fermetures auraient-elles pu être évitées, de sorte que ce « choc de l’offre » [ndt: En économie, le terme « choc de l’offre » définie une modification importante et imprévue des conditions de production] radical n’aurait pas été nécessaire pour faire face à la pandémie ? Je pense que c’est probablement possible. Si les gouvernements avaient agi immédiatement avec les bonnes mesures dès l’apparition de COVID-19, les fermetures auraient pu être évitées.

Trajectoire comparée des cas de coronavirus au regards des politiques appliqués pays par pays

Quelles étaient ces bonnes mesures ?  Ce que nous savons maintenant, c’est que toute personne âgée de plus de 70 ans et/ou souffrant de problèmes médicaux aurait dû s’isoler. Des tests de masse auraient dû être effectués régulièrement sur tout le monde et toute personne infectée aurait dû être mise en quarantaine pendant deux semaines au maximum.  Si cela avait été fait dès le début, il y aurait eu moins de décès, d’hospitalisations et une disparition plus rapide du virus.  Ainsi, les quarantaines auraient probablement pu être évitées.

Mais les tests et l’isolement n’ont pas été effectués dès le début en Chine.  Au début, il y a eu un déni et une dissimulation du risque de virus.  Le temps que les autorités chinoises agissent correctement en matière de tests et d’isolement, Wuhan a été inondée et un verrouillage a dû être appliqué.

Au moins, les Chinois avaient l’excuse qu’il s’agissait d’un nouveau virus inconnu des humains et que son niveau d’infection, de propagation et de mortalité n’était pas connu auparavant. Mais les gouvernements des grandes économies capitalistes n’ont aucune excuse. Ils ont eu le temps de se préparer et d’agir.  L’Italie a laissé passer trop de temps pour appliquer les tests et l’isolement, de sorte que le verrouillage là-bas a fermé les portes après le verrouillage du virus.  Leur système de santé est maintenant surchargé et peut difficilement faire face.

Certains pays ont adopté des tests de masse et un isolement efficace.  La Corée du Sud a fait les deux ; et le Japon, où 90 % de la population porte des masques et des gants et se lave, semble avoir limité l’impact de la pandémie grâce à une auto-isolation efficace sans confinement.

Ratio Cas/Tests du Covid-19 en Corée du Sud

De même, dans un petit village italien au milieu de la pandémie, Vo Euganeo, qui a en fait connu le premier décès du virus en Italie, ils ont testé les 3 000 habitants et mis en quarantaine les 3 % touchés, même si la plupart n’avaient aucun symptôme.  Grâce à l’isolement et à la quarantaine, le confinement n’a duré que deux semaines.

À l’autre extrême, le Royaume-Uni et les États-Unis ont mis des années à intensifier les tests (qui sont encore insuffisants) et à amener les personnes vulnérables à s’isoler.  Aux États-Unis, le gouvernement fédéral n’a toujours pas opté pour un verrouillage à l’échelle de l’État.

Nombre de tests COVID-19 effectués par millions d’habitants par pays (données au 22 mars 2020)

Pourquoi les gouvernements du G7 et d’autres n’ont-ils pas agi ?  Comme l’explique Mike Davis, la première et principale raison est que les systèmes de santé des grandes économies n’étaient pas en mesure d’agir. Au cours des 30 dernières années, les systèmes de santé publique en Europe ont été décimés et privatisés. Aux États-Unis, le secteur privé dominant a sabré dans les services afin d’augmenter les profits.  Selon l’American Hospital Association, le nombre de lits d’hôpitaux a connu une baisse extraordinaire de 39 % entre 1981 et 1999. L’objectif était d’augmenter les profits en augmentant le « recensement » (« census ») (le nombre de lits occupés). Mais l’objectif de la direction de 90% d’occupation signifiait que les hôpitaux n’avaient plus la capacité d’absorber l’afflux de patients lors d’épidémies et d’urgences médicales.

En conséquence, il n’y a que 45 000 lits d’unité de soins intensifs disponibles pour faire face à l’afflux prévu de cas graves et critiques de coronaropathie. (En comparaison, les Sud-Coréens disposent de plus de trois fois plus de lits disponibles pour mille personnes que les Américains). Selon une enquête menée par USA Today, « seuls huit États disposeraient d’assez de lits d’hôpitaux pour traiter le million d’Américains de 60 ans et plus qui pourraient tomber malades avec COVID-19 ».

Les services de santé locaux et nationaux ont aujourd’hui 25 % de personnel en moins qu’avant le Lundi noir, il y a 12 ans. De plus, au cours de la dernière décennie, le budget du CDC (Center for Disease Control and Prevention) a diminué de 10 % en termes réels. Sous Trump, les déficits budgétaires n’ont fait que s’aggraver. Le New York Times a récemment rapporté que « 21 % des services de santé locaux ont fait état de réductions budgétaires pour l’exercice 2017 ».  M. Trump a également fermé le bureau de la Maison Blanche sur les pandémies, une direction créée par Obama après l’épidémie d’Ebola de 2014 pour assurer une réponse nationale rapide et bien coordonnée aux nouvelles épidémies.

Le secteur des maisons de retraite à but lucratif, qui abrite 1,5 million de personnes âgées américaines, est très compétitif et repose sur des salaires bas, un manque de personnel et des réductions de coûts illégales. Des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année du fait que les établissements de soins de longue durée négligent les procédures de base de contrôle des infections et que les gouvernements ne tiennent pas la direction responsable de ce qui ne peut être qualifié que d’homicide volontaire. Beaucoup de ces établissements trouvent qu’il est moins coûteux de payer des amendes pour des violations sanitaires que d’embaucher du personnel supplémentaire et de lui fournir une formation adéquate.

Le Life Care Center, une maison de retraite de la banlieue de Seattle, à Kirkland, est « l’une des plus mal dotées en personnel de l’État » et l’ensemble du système des maisons de retraite de Washington « le plus sous-financé du pays – une oasis absurde de souffrances austères dans une mer d’argent technologique ». (Union Organizer).  Les responsables de la santé publique ont négligé le facteur crucial qui explique la transmission rapide de la maladie du Life Care Center à neuf autres maisons de retraite voisines : « Les travailleurs des maisons de retraites, sur le marché locatif le plus cher d’Amérique, occupent universellement plusieurs emplois, généralement dans plusieurs maisons de soins infirmiers ». Les autorités n’ont pas réussi à trouver les noms et les lieux de ces seconds emplois et ont ainsi perdu tout contrôle sur la diffusion de COVID-19.

Et puis il y a les grandes entreprises pharmaceutiques.  Les grandes entreprises pharmaceutiques font peu de recherche et de développement de nouveaux antibiotiques et antiviraux. Sur les 18 plus grandes entreprises pharmaceutiques américaines, 15 ont totalement abandonné le domaine. Les médicaments pour le cœur, les calmants addictifs et les traitements contre l’impuissance masculine sont des leaders en matière de profit, contrairement aux traitements contre les infections nosocomiales, contre les maladies émergentes et contre les tueurs tropicaux traditionnels. Un vaccin universel contre la grippe – c’est-à-dire un vaccin qui cible les parties immuables des protéines de surface du virus – est une possibilité depuis des décennies, mais n’a jamais été jugé suffisamment rentable pour être une priorité.

J’ai soutenu dans des articles précédents que COVID-19 n’était pas sortie de nulle part (Disponible en Français ici). De telles pandémies ont été prévues bien à l’avance par les épidémiologistes, mais rien n’a été fait parce que cela coûte de l’argent.  Maintenant, cela va coûter beaucoup plus cher.

Le marasme mondial est là. Mais pour combien de temps et quelle sera sa profondeur ?  La plupart des prévisions parlent d’une baisse courte et brutale suivie d’une reprise rapide.  Est-ce que cela se produira ?  Cela dépend de la rapidité avec laquelle la pandémie pourra être maîtrisée et s’estomper – au moins pour cette année.  Le 8 avril, le confinement à Wuhan sera levé car il n’y a pas de nouveaux cas. Ainsi, à partir de l’émergence du virus en janvier, il faudra compter environ trois mois, avec un confinement de plus de deux mois. Il semble également que le pic de la pandémie ait été atteint en Italie, qui n’est en état de confinement total que depuis deux semaines.  Dans un mois ou deux, l’Italie sera donc peut-être déconfinée. Mais d’autres pays, comme le Royaume-Uni, entrent tout juste dans une phase de confinement, tandis que d’autres font encore face à une croissance exponentielle de cas qui pourraient nécessiter un confinement.

Il semble donc que la fin du choc de l’offre mondiale ne soit pas attendue avant juin, probablement beaucoup plus tard.  Bien entendu, l’effondrement de la production pourrait être inversé plus tôt si les gouvernements décident de ne pas procéder à des confinements ou d’y mettre fin plus tôt.  L’administration Trump fait déjà allusion à la levée de tout blocage dans les 15 prochains jours « pour relancer l’économie » (au prix de plus de morts, etc.) ; mais de nombreux gouverneurs d’État pourraient ne pas être d’accord avec cela.

Même si les économies rebondissent au cours du second semestre de 2020, lorsque les confinements prendront fin, il y aura toujours un effondrement mondial. Et c’est en vain que l’on espère que la reprise sera rapide et brutale au cours du second semestre de cette année. Il y a deux raisons d’en douter. Premièrement, l’économie mondiale glissait déjà dans la récession avant que la pandémie ne frappe. Le Japon était en récession, la zone euro en était proche et même la croissance américaine avait ralenti à moins de 2 % par an.

Et de nombreuses grandes économies dites émergentes, comme le Mexique, l’Argentine et l’Afrique du Sud, étaient déjà en contraction. En effet, les capitaux affluaient du Sud vers le Nord, un processus qui s’est accéléré avec la pandémie pour atteindre des niveaux records.  Avec l’effondrement des prix de l’énergie (pétrole et gaz naturel) et des métaux industriels, de nombreuses économies émergentes basées sur les matières premières (Brésil, Russie, Arabie saoudite, Indonésie, Équateur, etc.) sont confrontées à une chute considérable de leurs recettes d’exportation. Cette fois, contrairement à 2008, la Chine ne retrouvera pas rapidement ses anciens niveaux d’investissement, de production et de commerce (d’autant plus que les tarifs douaniers de la guerre commerciale avec les États-Unis restent en place).  Sur l’ensemble de l’année, la croissance du PIB réel de la Chine pourrait n’être que de 2 %, contre plus de 6 % l’année dernière.

Deuxièmement, les marchés boursiers se redressent en raison des récentes injections de crédit de la Fed et des énormes mesures fiscales prévues par le Congrès américain.  Mais cette chute ne sera pas évitée par les largesses des banques centrales ou les mesures fiscales prévues. Dès qu’un effondrement se produit, les revenus s’effondrent et le chômage augmente rapidement. Cela a un effet en cascade ou multiplicateur dans l’économie, en particulier pour les sociétés non financières du secteur capitaliste.  Cela entraînera une série de faillites et de fermetures.

Et les bilans des entreprises sont dangereusement fragiles. Dans les principales économies, l’augmentation de l’endettement des entreprises suscite des inquiétudes croissantes. Aux États-Unis, dans un contexte où l’accès à l’argent à bon marché existe depuis des décennies, les sociétés non financières ont vu leur endettement plus que doubler, passant de 3,2 billions de dollars en 2007 à 6,6 billions de dollars en 2019.

Un article récent de Joseph Baines et Sandy Brian Hager révèle tout cela de manière frappante.   Pendant des décennies, le secteur capitaliste est passé de l’investissement dans des actifs productifs à l’investissement dans des actifs financiers – ou « capital fictif », comme l’appelait Marx. Les rachats d’actions et le versement de dividendes aux actionnaires ont été à l’ordre du jour plutôt que le réinvestissement des profits dans les nouvelles technologies pour stimuler la productivité du travail. Cela s’applique particulièrement aux grandes entreprises américaines.

En miroir, les grandes entreprises ont réduit leurs dépenses d’investissement en proportion de leurs revenus depuis les années 1980.  Il est intéressant de noter que les petites entreprises se sont moins engagées dans l' »ingénierie financière » et ont continué à augmenter leurs investissements.  Mais n’oubliez pas que la majeure partie des investissements provient des grandes entreprises.

La grande majorité des petites entreprises américaines sont en difficulté.  Pour elles, les marges bénéficiaires sont en baisse.  En conséquence, la rentabilité globale du capital américain a chuté, en particulier depuis la fin des années 1990.  Baines et Hager affirment que « la dynamique du capitalisme actionnarial a poussé les entreprises des échelons inférieurs de la hiérarchie des entreprises américaines dans un état de détresse financière ».  En conséquence, l’endettement des entreprises a augmenté, non seulement en dollars absolus, mais aussi par rapport aux recettes, en particulier pour les petites entreprises.

Tout s’est bien passé car les intérêts de la dette des entreprises ont considérablement diminué, ce qui a permis de maintenir les coûts du service de la dette à un niveau peu élevé.  Malgré cela, les petites entreprises paient des intérêts à un niveau beaucoup plus élevé que les grandes entreprises. Depuis les années 1990, le coût du service de la dette est plus ou moins stable, mais il est presque deux fois plus élevé que celui des dix premières entreprises.

Mais l’époque du crédit bon marché pourrait être révolue, malgré la tentative désespérée de la Fed de maintenir les coûts d’emprunt à un niveau bas.  Les rendements de la dette des entreprises ont grimpé en flèche pendant cette crise pandémique.  Une vague de défauts de paiement est maintenant à l’ordre du jour.  Cela pourrait « envoyer des ondes de choc sur des marchés financiers déjà agités, et constituer un catalyseur pour un effondrement plus large ».

Même si les fermetures ne durent que quelques mois jusqu’à l’été, cette contraction pourrait voir des centaines de petites entreprises faire faillite et même quelques gros poissons aussi. L’idée que les grandes économies puissent connaître une reprise en forme de V semble beaucoup moins probable qu’une reprise en forme de L.

Michael Roberts (Traduit par l’orage.org)

Partager
Rejoindre la discussion

1 commentaire
  • […] Si les positionnements politiques de l’auteur ne reflètent pas toujours les nôtres, notamment au sujet des solutions politiques qu’il appelle de ses vœux, la pertinence de l’analyse proposée dans ses textes donne suffisamment d’intérêt à sa traduction. Nous avons choisi de raccourcir cet article, car certains passages nous semblaient redondant avec celui que nous avons récemment publié : Confinement ! Une analyse marxiste […]

Citation

Tu ne pourrais pas désirer être née à une meilleure époque que celle-ci où on a tout perdu

— Simone Weil, Cahiers